Pokemon Go app download for android. Get Prisma app for android and edit pics. prisam apk.

francealgerie

jeudi, 14 décembre 2017 06:00

Contrôle financier en 2017 : L’IGF a soumis plus de 300 rapports à qui de droit

Écrit par Rachid Bouarroudj
Évaluer cet élément
(0 Votes)

L’occasion de la tenue, hier, de la 8e conférence des cadres et inspecteurs de l’Inspection générale des finances (IGF), au siège même du ministère de tutelle, son directeur, Ali Terrak, a révélé que l’IGF a soumis, de janvier à novembre, 314 rapports financiers aux autorités habilitées et de s’attendre à un total de 330 rapports d’ici à la fin de l’année.

Dans ces rapports, qui couvrent 2016-2017, des dysfonctionnements ont été consignés ainsi que des recommandations aux fins de lancer des opérations de contrôle de gestion, des audits, des enquêtes et des évaluations du secteur économique publique et des dispositifs ou des programmes publics. Selon M. Terrak, si le nombre de rapports a augmenté par rapport aux années précédentes, c’est que l’IGF a vu ses moyens renforcés et le seront d’ailleurs davantage.

La rencontre, ouverte par le ministre des Finances Abderrahmane Raouya, a été justement en partie consacrée à la présentation du plan d’action, du programme triennal et du plan stratégique 2018-2022 de l’IGF. Une évaluation du système d’information de l’inspection et de l’état de ses ressources humaines est également inscrite à l’ordre du jour. M. Raouya a estimé que les actions de réforme initiées par l’IGF, en passant par un système d’information efficace, une programmation pluriannuelle basée sur les risques et l’adoption de procédures de contrôle conformes aux standards internationaux, devraient permettre à cette institution de mieux répondre à l’impératif de rationalisation des dépenses budgétaires. Il a, à cet effet, mis l’accent sur la valorisation de la ressource humaine de l’inspection en l’appelant à « continuer à s’acquitter de ses obligations avec professionnalisme, intégrité, indépendance et neutralité ». Cependant, l’IGF a surtout besoin de voir les textes juridiques qui balisent ses missions réformées, selon M. Terrak, pour lequel les textes actuels datent déjà d’une dizaine d’années, finissant par montrer « des limites et des insuffisances notables ». Des insuffisances qui appellent, poursuit-il, une « révision globale et l’engagement d’une réflexion sur le repositionnement du cadre juridique de l’IGF par rapport au système national de contrôle des finances publiques ». Il suggère un regroupement en une loi unique des cinq textes juridiques régissant les structures centrales et régionales de l’Inspection. D’autre part, il est question d’une profonde refonte de certains aspects du manuel d’intervention de l’IGF, qui date de 2012, et une actualisation d’autres aspects conformément aux normes internationales, un autre axe de réforme inscrit par l’institution. Cette refonte, qui sera concrétisée grâce à un appui d’experts espagnols, doit aboutir à l’élaboration d’un manuel unifié dont le contenu est structuré selon une classification découlant des standards internationaux.
De même, le code de déontologie de l’inspection, datant de 2009, nécessite à son tour une « révision importante » pour une meilleure adéquation aux besoins et spécificités d’un organe de contrôle, selon le même responsable.
La démarche de réforme et de modernisation de l’IGF, qui sera intégrée dans le plan stratégique de l’inspection pour 2018-2022, inclut, par ailleurs, le renforcement du contrôle administratif, l’élaboration d’une cartographie des risques afin de pouvoir agir selon une approche par les risques ainsi que l’amélioration du mode d’affectation des ressources humaines. Evoquant le jumelage institutionnel signé en septembre 2016 entre l’IGF et l`institut espagnol d`études fiscales, dans le cadre du programme d`appui à la mise en œuvre de l`accord d`association entre l`Algérie et l`Union européenne (P3A), M. Terrak a estimé que cette action a permis un apport précieux pour l’institution en matière de transfert d’expertises et de technologies. Financé à hauteur de 1,4 million d`euros par l`UE, ce jumelage de 24 mois prévoit 69 missions d`échanges et la formation de quelque 150 fonctionnaires de l`IGF. 

Laissez un commentaire